La Fed et son ton Dovish provoque l’altération du dollar.

Comme prévu, la Fed n’a pas apporté de modification à ses taux des fonds fédéraux.

usd-4

Toutefois,   contre toutes les attentes, ses décideurs se sont résignés à abandonner deux des quatre hausses de taux programmées pour la cours de l’année, provoquant une vente massive de la devise de l’Oncle Sam. L’abandon de la politique censée hausser les taux d'intérêt de la Fed lors de la réunion du FOMC la semaine dernière, a été interprétée comme un signe de faiblesse par les marchés, pressentant un changement de trajectoire vers une politique monétaire d’aspect « Dovish ». C’est sur cette décision vue sous un mauvais œil que s’est terminée une autre semaine chargée d’évènement économiques significatifs, en particulier la publication du programme monétaire d’une grande partie des principales banques centrales dont celle du Japon, du Royaume-Uni et de la Confédération Helvétique

 Revue hebdomadaire

À l’instar de la plupart des banques centrales la Fed a décidé de ne pas modifier ses taux d'intérêts. Mais ce qui a le plus principalement chamboulé les marchés furent les énoncés des politiques monétaires et des perspectives économiques nationales plus sombres les unes que les autres. La Banque du Japon a maintenu ses taux d'intérêt en territoire négatif, dans l’espoir que cette mesure finira par influer positivement sur l'économie du pays. Or, malgré la cible inflationniste de 2,0 % fixée, la BoJ a émis quelques réserves quant à sa capacité de respecter ce mandat. Il faudra attendre la réunion d'avril pour en savoir plus sur ces questions brulantes. La Banque Centrale Norvégienne a réduit ses taux d'intérêt de base de 25 points lors de sa réunion la semaine dernière et a signalé qu’il existait de fortes chances pour que de plus amples réductions soient votées, à un rythme plus lent toutefois. Tout d’abord affaiblie par l’annonce des nouvelles, la couronne norvégienne a rapidement récupérée ses pertes. La Bank of England et la BNS ont décidé d’un commun accord à ne pas toucher aux taux, sans pour autant quitter la rhétorique habituelle. La livre sterling a cependant pris de l’élan à l’annonce que ceux-ci étaient susceptibles d'augmenter en automne. Les données de l'IPC de la semaine prochaine seront surveillées de près dans l’attente du moindre signe de persistance de l’augmentation de la moyenne des salaires anglais, qui auraient progressés de 2,10 % selon les données de l'Office for National Statistics britannique (battant les prévisions de 2,0 %). Les projecteurs furent malgré tout dirigés en direction de la réunion de la Fed dont le ton Dovish de ses administrateurs a entrainé une vente massive du dollar et a donc permis à la plupart des monnaies de gagné des points face au billet vert au cours de la semaine. Les prix du pétrole ont affiché une cinquième semaine consécutive de hausses, confirmant ainsi que le seuil inférieur du prix du baril se situe autour des 26 $. Le prix du pétrole brut WTI a suivi cette tendance haussière supposée stable, étant donné d’une part, le retour de la coordination entre les principaux producteurs pétroliers (à l’exception de l’Iran, décidée à tenter de récupérer les parts de marchés perdues au cours de la période des sanctions) et de l’autre, le gel de la production d’huile de schistes par les américains. Les CFD sur le pétrole brut WTI pour avril ont grimpés vendredi à 39,30 $ le baril.

popup_close
1-usdjpy-1903

La semaine à venir

La semaine à venir devrait être calme sur le plan des communiqués économiques. Les analystes prévoient de lire dans les rapports de février des USA, une baisse de -2.40 % dans les ventes de logements, nonobstant la légère hausse de 0,40 % constatée en janvier. Mardi, ce seront les données concernant l’inflation du Royaume-Uni qui feront les titres, alors que le CPI mensuel a déjà fait part d’une augmentation de 0,80 % pour le mois de février, suite à la hausse moyenne des salaires. Des résultats positifs supplémentaires devraient pousser le PIB à la hausse. Du côté de l’Eurozone, on ne s’attend qu’aux prévisions flash concernant le PMI et ainsi que les données de compte courant, capables de retirer à l’euro les gains enregistrés au cours de la forte tendance haussière de la semaine dernière. Le recensement des commandes de biens durables américaines devrait faire état d’un mois plus faible, soit -2.40 % selon les plus récentes estimations et un déclin de -0,20 % pour les taux fondamentaux. La prudence de la Fed et la faiblesse des données économiques sont susceptibles de provoquer la régression de la valeur du dollar.

popup_close
2-eurusd-1903
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.