Le Yen se renforce par rapport à ses pairs

Revue hebdomadaire

shutterstock_412287523

Notre rapport permet de constater que le yen a continué d’être courtisé sur le marché des changes la semaine dernière. La paire USD/JPY se situait vendredi à 106.29 après que la décision prise par la Banque du Japon de ne pas apporter de changement à sa politique monétaire, alors que le marché s’attendait à un assouplissement économique de taille. La passivité de la BoJ ravive plus encore l’attrait des investisseurs pour le yen, ce qui fait perdre plus de 4,94 % au dollar par rapport à la devise nipponne et de ce fait, fait grimper les prix de l'or en flèche. Avant la clôture de vendredi, les prix de l'or ont enregistrés une hausse de 4,86 % à 1293.36 pour la semaine, soit le meilleur prix de ces 14 derniers mois.

La semaine à venir

Les événements les plus brulants de la semaine dernière furent les réunions de la Réserve Fédérale américaine, de la Reserve Bank of New Zealand et de la Banque du Japon, tenant tous des réunions destinées à se pencher sur l’avenir de leur politique monétaire actuelle. En Nouvelle-Zélande, la RBNZ a maintenu ses taux d'intérêt à 2,25 %, le même que celui décidé lors de la précédente réunion, mais a noté qu'une accélération pourrait être nécessaire afin d'atteindre son objectif d'inflation. Bien que largement attendue, le ton de la RBNZ a été pressenti par les auditeurs comme étant plus belliciste que prévu, sans faire de références directes concernant l'appréciation Dollar australien face à son homonyme américain. La Fed a aussi opté pour des taux inchangés en avril. Pour les USA, la grande question est celle concernant l’avenir des taux d’intérêts. Alors que la Fed a signalé sur son rapport qu'elle ne prévoyait que deux hausses supplémentaires au cours de l’année, les marchés ne s’attendent pas à en voir plus d’une seule. La décision prise par la Banque centrale a provoqué la hausse du yen avec un bonda bondi de près de 2,0 % jeudi la semaine dernière. Le dollar américain était quelque peu affaibli compte rendu des données économiques décevantes, ne répondant pas aux attentes des analystes. La croissance du PIB au premier trimestre s'est établi à seulement 0,50 %, suite à l'augmentation de 1,40 % au dernier trimestre de 2015. Le Royaume-Uni a également fait paraitre le rapport PIB préliminaire cette semaine, qui montre que l'économie a progressé à un rythme de 0,40 %, plus lente que l'augmentation de 0,60 % au 4ème trimestre de 2015. La livre sterling demeure malgré tout ferme face au dollar américain.

popup_close
1-xauusd-3004

La semaine prochaine, le Japon brillera par son absence étant donné que ses marchés demeureront clos en raison d’une série de jours fériés locaux. Comme à chaque début de mois de négociations, les marchés s’intéresseront au PMI enregistré au cours du mois d’avril dans les domaines de la fabrication, des services et des secteurs de la construction. À ce propos, la Chine ouvrira la semaine avec la parution de son PMI manufacturier, qui devrait rester inchangé au taux de 50,2 enregistré en mars. Lundi est attendu un rapport de l'ISM portant sur le PMI manufacturier américain tandis que mardi sera marqué par la publication des mesures de politique monétaire votées par la RBA. Sur les marchés du travail, la Nouvelle-Zélande va publier son rapport trimestriel sur l’emploi bien qu’on s’attend d’ores et déjà à un taux de chômage supérieur à 5,40 %. Du côté du Vieux Continent, on pourra prendre connaissance des données concernant le PPI, les ventes au détail et les données PMI de la zone euro. Toutefois, le grand événement de la semaine à venir arrivera sans aucun doute depuis les États-Unis avec la publication vendredi du rapport sur l’emploi. Les données sur le montant des salaires ADP seront publiées et devraient montrer une ascension régulière 199 k emplois étant ajoutés au mois d'avril. Le compte-rendu consacré à la masse salariale non agricole programmé pour vendredi est censé montrer la tenue de taux de chômage américain à 5,0 % alors que le marché du travail devrait s’être élargit de 200 000 emplois en avril. Dans le même temps, le rapport sur emploi du Canada devrait témoigner d’un taux de chômage au-dessus de 7,20 %.

popup_close
2-usdjpy-3004
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.