Les États-Unis sont-ils mûrs pour une hausse des taux ?

shutterstock_122871115

Aux États-Unis, l’attente d’une hausse des taux par la Fed a suscité un essor important de l’indice basé sur le dollar américain. En contrecoup, le prix de l’or a reculé de 6,24 % au cours de ces quatre dernières semaines pour descendre à 1212,50 $ l’once vendredi, un minimum de 14 semaines. Au total, le métal précieux a perdu plus de 90 $ l’once au cours du mois de mai, après avoir été échangé à près de 1300 $ à la fin avril.

Revue hebdomadaire


Les membres de l’Eurogroupe se sont portés favorables à l’application d’un plan de sauvetage supplémentaire en faveur de la Grèce lors de la semaine dernière, et ont accordé à Athènes une aide financière d’un montant de 10,3 milliards d’euros dont la première partie devrait être accordée dès début juin. L’approbation est intervenue dimanche dernier, après l’entérinement par le Parlement grec d’un budget prévoyant des mesures d’austérité nécessaires à la poursuite du redressement économique du pays. Pendant ce temps, les données économiques de la zone euro a montré que le flash composite préliminaire du PMI est tombé à un niveau enregistré il y a au moins 16 mois ce qui semble suggérer que la croissance est peut-être au seuil d’un ralentissement au deuxième trimestre. La révision du PIB allemand a vu une impression inchangée, confirmant la croissance économique du premier trimestre de 2016 et une augmentation à un rythme de 0,70 % au premier trimestre de l’année. Au Royaume-Uni, les prévisions révisées du PIB n’ont pas subi de changement, illustrant le modeste progrès de l’économie du Royaume-Uni (0,40 % au premier trimestre). L’investissement des entreprises a été révisé pour chuter de 0,50 %, soit une deuxième année consécutive de baisse trimestrielle. La livre sterling a été cependant imperturbable, renforcée par les sondages d’opinion sur le Brexit qui suggère que le camp en faveur du « Stay » rencontre de plus en plus de  popularité. Aux États-Unis, du PIB des données révisées pour le premier trimestre montrent que l’économie a progressé à un rythme de 0,80 %, alors que les estimations préliminaires se prononçaient pour uniquement 0,50 %. Parmi les données économiques positives de la semaine on note une croissance de 3,40 % dans le secteur des commandes de biens. Le secteur du logement a également subit une impressionnante amélioration de 5,10 % du marché des nouvelles maisons en ventes, nettement au-delà du pourcentage de 1,60% révisé en mars.

popup_close
1-xauusd-2805

La semaine à venir


Les marchés vont reporter leur départ vu que lundi sera celui du Spring Bank Holiday au Royaume-Uni et du Jour Commémoratif aux États-Unis. L’Indice des prix PCE suit les données américaines, qui progresserait vers 1,60 %, le même qu’en mars alors que l’impression du titre devrait augmenter de 1 %. Alors qu’au trimestre précédent le PIB canadien ne dépassait pas les 0,80%, le premier trimestre pourrait probablement atteindre les 2,80 % sur une base annualisée. Le chiffre exact du PMI mensuel sera révélé mercredi. La Chine publiera son taux de PMI manufacturier qui devrait exprimer une contraction de 50,0, tandis que le Caixin PMI est censé régresser à 49,2 contre 49,4 auparavant. Le grand événement de la semaine devrait arriver vendredi avec la publication du taux de rémunération mensuelle non agricole aux États-Unis. Le taux de chômage devrait s’améliorer, passant de 4,90 % à 5,00 %, tandis que la variation moyenne de la masse salariale non agricole est prévue d’atteindre 160 000, s’élevant au même rythme qu’en avril.

popup_close
2-eurusd-2805