peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

Les matières premières s’effondrent

commodity-down

Les prix de l'ensemble des matières premières ont terminé la semaine au plus bas suite aux préoccupations croissantes concernant les perspectives de la croissance mondiale alors que le ralentissement des échanges se fait de plus en plus sentir. La semaine a débuté avec un effondrement éclair des prix de l'or qui s’est par la suite propagé aux autres matières premières telles que le cuivre, le pétrole et le gaz naturel.

La semaine passée

Le principal événement de la semaine dernière a été l’hécatombe dans le domaine des matières premières avec les prix des métaux précieux et de l'énergie particulièrement impactés. En cause, il y a eu l’ascension continue du dollar et les mesures inflationnistes oscillant sur le point d’inflexion de la déflation avec les prix de l’or ayant vécu trois chutes extrêmes en un temps record au cours des sessions dû aux vagues de ventes massives. Les prix du pétrole ont également chuté alors que la hausse des stocks laissait appréhender un nouveau cycle avec une offre largement supérieure à la demande de brut. De plus, avec l'augmentation des livraisons en provenance d'Iran, le décor est planté pour une autre course effrénée des prix du pétrole. Conjointement à la baisse des prix des matières premières, la Banque centrale de Nouvelle-Zélande a réduit le taux d'intérêt de référence de 25 points de base supplémentaires, passant de 3,25% à 3,00%. Pendant ce temps, le Royaume-Uni a annoncé une possibilité d’augmenter les taux d'intérêt sur les marchés avec l’inflation qui devrait se reprendre plus vite que prévu. Cependant, la manufacture chinoise était au plus bas depuis 15 mois, ce qui soulève des inquiétudes quant à la santé de l'économie mondiale.

popup_close
xauusdweeklyreview07272015

Cette semaine

Cette semaine sera riche en données fondamentales importantes, avec notamment la décision des taux d'intérêt du FOMC et la déclaration subséquente de mercredi. Avec le marché obligataire et les cambistes qui reflètent de plus en plus la possibilité d’une hausse des taux en septembre, la déclaration devrait probablement donner des indices sur l’évolution à venir de la politique monétaire. En dehors de la décision critique de mercredi, d'autres données pertinentes paraîtront aux États-Unis y compris la lecture préliminaire du PIB du deuxième trimestre ce jeudi qui devrait montrer que l'économie a crû à un rythme de 2,50% par rapport à la période précédente qui avait connu une contraction de -0.20%. Les commandes de biens durables devant paraitre plus tard dans la séance du jour devraient confirmer la reprise de l'économie réelle avec des estimations montrent une croissance dans statistiques de base et régulières simultanément. Mis à part le secteur manufacturier, les ventes de logement en attente et l'indice des prix du logement sont attendus plus tard dans la semaine, en complément des données de la semaine précédente au sujet de ventes de logements neufs et existants. En dehors des États-Unis, le Royaume-Uni doit également publier son PIB du deuxième trimestre, attendu pour rester en territoire expansionniste, malgré une légère baisse dans les prévisions annuelles.

popup_close
sp-sep15weeklyreview07272015