peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

L’Europe a plongé dans l’incertitude

greek_vote

L'électorat grec a décidé ce week-end de rejeter d'autres plans de sauvetage et les demandes des créanciers avec un soutien écrasant au vote pour le « Non ». Cette annonce arrive après une semaine de contrôles de capitaux et une dégradation accrue de l'économie grecque alors que la zone euro peine à récupérer après plusieurs années de politiques fiscales d'austérité et l’expérimentation de politiques monétaires non conventionnelles.

La semaine dernière

La Grèce a fermé les banques la semaine dernière, alors que les contrôles des capitaux ont débuté et que les bornes de retraits automatiques ne permettaient un décaissement que de 60 EUR maximum par jour. Les retraits ont continué sans relâche et les banques sont quasiment à court de liquidités. Le désespoir et la déception régnaient avant le référendum. Après dénoncé le fait que la dette était trop lourde, les Grecs ont été soutenus par le FMI dans leurs affirmations que la charge de la dette était insoutenable. Les Grecs se sont rassemblés massivement pour rejeter l'austérité avec le vote du «non» entraînant l'Europe dans une nouvelle phase de la crise. Sur une touche plus positive, Le PIB du Royaume-Uni a connu une hausse remarquable avec une croissance annualisée flambant à 2,90% après que la croissance du premier trimestre ait enregistré une augmentation de 0,40%. De l’autre côté de l’Atlantique, la masse salariale américaine a manqué les prévisions malgré un bon résultat de l'ADP et un taux de chômage plongeant à 5,30%. La participation active au marché du travail est à un niveau des plus bas depuis 1977 avec plus de 93,6 millions d'Américains comptabilisées en dehors du marché du travail. La Chine a de nouveau abaissé ses taux d'intérêt, réduisant à la fois le taux d’épargne et de crédit afin de stabiliser l'économie. Les actions chinoises sont toujours touchées par la volatilité avec près de 2,5 milliards de dollars en capitalisation boursière rayés de la Bourse chinoise la semaine dernière.

popup_close
eurgbpweeklyreview07062015

La semaine à venir

En dehors des retombées de la Grèce, la semaine qui démarre est relativement légère en terme d’échéances sur les données macroéconomiques, mais néanmoins très pertinente. Il y aura deux grandes décisions concernant les taux d'intérêt, la première provenant de la Banque centrale d'Australie qui devrait maintenir ses taux inchangés à 2,00%, suivie par la Banque d'Angleterre, qui prévoit également de laisser en attente les mesures de politique monétaire à 0,50 % pour le moment. Les traders attendront le Procès-verbal du FOMC qui devraitt fournir plus d'indices concernant un décollage potentiel en septembre après que plusieurs membres du comité aient fait allusion au calendrier et à l'idée d'élever deux fois le taux de référence avant la fin de 2015. Outre les données centrées sur les Etats-Unis et l’Europe, la Chine publiera son indice des prix à la consommation. L'inflation devrait n’avoir augmenté que modestement par rapport au mois dernier, passant à -0,10% après avoir enregistré à -0,20% durant la période antérieure. La déflation des prix ​​à la production devrait se tenir à un rythme constant de -4,60% annuel. Dans l'intervalle, le monde attend l'issue des négociations nucléaires iraniennes et plus de détails sur le plan grec pour aller de l'avant.

popup_close
gbpusd07062015