L’or se maintient à des sommets de 2 ans.

shutterstock_364802354

Le prix de l’or Spot est de nouveau à la hausse étant donné le retour en pompes du sentiment d’aversion au risque tandis que l’on assiste à une chute record du rendement des obligations au sein des principaux marchés. L’or Spot a rejoint les 1375 $ au cours de la semaine et en dépit du rapport sur l’emploi plus positif que prévu de vendredi, le métal précieux a clôturé la semaine à 1366,94 $ l’once. Alors que les marchés sont encore loin de retrouver un semblant d’équilibre, le sentiment d’aversion au risque devrait se poursuivre au bénéfice de l’or qui ne devrait pas tarder à se retrouver à 1400 $ l’once.

Revue hebdomadaire


L’appréhension vis-à-vis des actifs volatils a été observée sur le marché au cours de la semaine dernière et ce, après une brève période de reprise. La Grande-Bretagne est restée au cœur de la mise au point des marchés boursiers à l’instar de la préoccupation envers la détérioration économique qui a forcé beaucoup d’investisseurs à retirer leurs placements dans les fonds spéculatifs beaucoup trop incertains. Cette réaction a fait boule de neige dans l’ensemble des marchés et c’est l’ensemble de l’économie mondiale qui semble en subir les conséquences. Il va sans dire, que la livre sterling a été sérieusement touchée par l’annonce faite par la Banque d’Angleterre de la réduire ses exigences de capital tampon.

Les données économiques du Royaume-Uni sont quant à elles mitigées. Le PMI des secteurs des services et de la construction est tombé à son plus bas niveau de ces sept dernières années en juin. Il est clair que les entreprises britanniques sont sur le point de subir un ralentissement supplémentaire, entrainant une incidence sur l’ensemble de l’économie du Royaume. La production industrielle et manufacturière ont été cependant quelque peu réconfortant avec une chute de 0,50 %, soit moins que les prévisions en mai. Les révisions à la hausse du mois d’avril permettent pourtant de maintenir la moyenne annuelle à un niveau satisfaisant.

Aux États-Unis, les données économiques de cette semaine ont fait état d’une montée du PMI non manufacturier à un maximum de 7 mois. Les données publiées par l’Institute of Supply Management (ISM) ont montré une stabilité positive dans les services de base du secteur alors que le sous-indexe de l’emploi s’est renforcer sensiblement et se déplaçant au-dessus de 50, ce qui indique une expansion remarquable.

Le rapport de rémunération privée d’ADP pour le mois de juin a montré que l’économie américaine a ajouté 172 000 emplois, soit un chiffre plus haut que prévu. Les petites et moyennes entreprises sont les principales responsables de cette hausse alors qu’au niveau sectoriel, les industries manufacturières et celles du bâtiment ont accusées des sérieuses pertes d’emplois. Le rapport sur l’emploi de vendredi a montré une croissance solide aux Etats-Unis. Les données provenant du Bureau of Labor Statistics a montré que l’économie américaine a ajouté 287 000 emplois en juin, plus que la prévision de 180 000. Le taux de chômage est à la hausse et affiche un taux de  4.90 %.

popup_close
1-xauusd-0907

La semaine à venir


La semaine prochaine sera marquée par les réunions mensuelles portant sur la politique monétaire de la Banque d’Angleterre et celle de la Banque du Canada. Au cours des deux dernières semaines, le gouverneur Carney a insisté sur le fait que les baisses de taux et l’expansion des QE demeurent les solutions proposées par la Banque centrale pour endiguer la détérioration actuelle de la situation financière au Royaume-Uni. Dans cette mesure, la BoE a publié son Financial Stability Report la semaine dernière, dans lesquels est annoncée l’abolition des exigences concernant le capital tampon exigé pour les banques (contre de 0,50 % précédemment).

Alors que la BoE va sortir son évaluation complète et définitive portant sur le mois d’août, Carney a déjà annoncé que la réunion politique et monétaire est susceptible de voir la rhétorique Dovish, et porter atteinte une fois de plus à la devise britannique. La Banque du Canada gardera ses taux inchangés après qu’aucun écart majeur sur la croissance économique au cours du mois passé. L’inflation est l’exception, passant à 1,50 % contre 1,70 % précédemment. Pourtant, la BoC pourrait contrcarrer la chute de l’inflation du mois dernier et maintenir une position neutre.

Les autres données économiques principales du cours de la semaine comprennent les données de l’inflation USA et la Chine devrait sortir au cours de la semaine. Au cours de la semaine, l’Australie exposera aux investisseurs ses données mensuelles du marché du travail, mais de façon générale, les marchés resteront à l’écoute de l’évolution de la situation du Royaume-Uni.

popup_close
2-gbpusd-0907