L'inflation réduite perçue dans l’ensemble des marchés

global-economy-alvexo

La faiblesse de l’inflation demeure la principale préoccupation de l'économie mondiale toute entière. On a pu en juger face aux chiffres publiés la semaine dernière, indiquant l’inflation sévère des prix à la consommation dans de nombreux systèmes économiques majeurs telle que la zone euro, le Royaume-Uni, la Chine et les États-Unis. Le dollar a clôturé la semaine avec des résultats modérés, affichant dans la plupart des cas, des prédictions sur le relâchement économique plus faibles que prévu. La parution si attendue des résultats du PIB au troisième trimestre et les minutes de réunion du FOMC en octobre, ne risquent pourtant pas d'avoir d’effets signifiants sur l’élan acquit par le billet vert cette semaine.

Revue hebdomadaire

Pour la troisième fois consécutive, le dollar néo-zélandais a clôturé la semaine avec des chiffres positifs pour les négociateurs. La monnaie a poursuivi son ascension, malgré les commentaires modérés du gouverneur de la Banque de Réserve de la Nouvelle-Zélande, Graeme Wheeler, prévoyant une imminente baisse des taux. Une baisse des taux de 0,25% doit être prise en compte avec beaucoup de sérieux et si la BRNZ décide d’une baisse les taux supplémentaire, il est peu probable de voir le Kiwi s’affaiblir sérieusement. Sur le plan hebdomadaire, le NZD/USD a dépassé le support de 0.6712 et semble fin prêt à tenter d’atteindre la barre des 0,727 et de cette manière établir la résistance aussi longtemps que les prix restent au-dessus de 0.6712. Le CPI trimestrielle de la Nouvelle-Zélande a attiré l’attention des analystes avec un chiffre de 0,3%, pourcentage situé au-dessus des prédictions mais cependant, inférieur à l’objectif visé par la BRNZ. Il n'y a aucune indication capable d’expliquer catégoriquement l’élan de la paire NZD/USD. Le mouvement des prix reflète pourtant plus d’une légère compression de marge et d’une faiblesse passagère du dollar.

popup_close
1_nzdusd-h4_1810

La semaine à venir

L’annonce de l'inflation modérée de la zone euro attendue cette semaine va attirer l’attention sur la BCE. Malgré les communiqués contradictoires émis par ses divers responsables à propos d’une éventuelle expansion des achats des avoirs de la part de l’institution financière européenne, il semblerait que la conférence de presse prévue pour cette semaine n’annonce aucun changement de politique ainsi que laisse le paraitre le ton neutre emprunté par Draghi. Le taux de change de l'euro a profité d’une certaine tranquillité ces dernières semaines ; un exposé verbal annonçant la baisse de l'Euro semble être inévitable. La paire EUR/USD a enregistré un renversement de vapeur, avec un niveau de résistance situé tout près des 1.1448 qui pourrait chuter en direction du support dynamique de la courbe de tendance et ainsi frôler les 1.1228. La publication des données économiques américaines de la semaine prochaine ne suscite aucun intérêt concret, si ce n’est l’annonce des indices du logement.  Les membres de la Réserve Fédérale devraient prendre la parole au cours de la semaine. Janet Yellen apportera ses observations lors d'une intervention prévue ultérieurement. L’attention majeure, généralement réservée à l’adresse du dollar américain, pourrait être relayée par la parution de données censées influencer sensiblement les flux du marché la semaine prochaine. Conformément à cette notion, l’annonce du niveau d'inflation chinois est programmée pour lundi matin. Les attentes tournent autour des 6,8%, légèrement en baisse par rapport au précédent indice situé à 7%. Une mauvaise estimation du PIB pourrait susciter une réaction mitigée qui pousserait les investisseurs à se tourner vers valeurs refuge, qui pourrait certainement donner le ton lors de la semaine à venir.

popup_close
2_eurusd-daily_1810