La Chambre des représentants et le Sénat américains repoussent la réforme fiscale

Les chocs en Arabie Saoudite ont réveillé le marché pétrolier sur les possibles risques politiques

us-equities-down


Les actions américaines ont enregistré leur première perte hebdomadaire en plus de deux mois, alors que les investisseurs deviennent nerveux après que les républicains du Congrès n'aient pas fait de progrès sur la réforme fiscale. La hausse des prix du pétrole a également fait les gros titres alors que les contrats à terme sur le pétrole Brent ont augmenté pour la cinquième semaine consécutive pour se consolider au-dessus de la zone psychologique des 60,00 $ le baril.

La semaine dernière


Avec le calendrier économique particulièrement léger au cours de la semaine qui vient de se terminer, les investisseurs ont dû se concentrer sur les efforts du Congrès américain pour adopter des mesures sur la réforme fiscale. Le sentiment des acteurs du marché est devenu prudent au cours de la semaine avec de nombreuses nouvelles sources de revenus qui ont été recommandées par les leaders parlementaires pour compenser les fortes baisses d'impôts sur les sociétés et qui se sont révélées controversées. Les inquiétudes des investisseurs se sont intensifiées jeudi après que les républicains du Sénat aient dévoilé leur propre projet qui proposait de retarder la réduction des taxes jusqu'en 2019. Les dirigeants du Grand Old Party subissent une forte pression pour passer la loi sur les impôts avant la fin de l'année après avoir échoué à faire adopter une loi majeure pendant la première année du mandat du président Donald Trump. En Europe, la volatilité est restée élevée alors que l'un des membres principal de la Banque Centrale Européenne, Benoit Coeure, ait averti que les marchés financiers de la région n'étaient pas assez profonds pour permettre à l'assouplissement quantitatif de se poursuivre indéfiniment. Sur le front des devises, le dollar néo-zélandais n'a pas progressé après que la Banque Centrale de Nouvelle-Zélande ait avancé ses prévisions pour la prochaine hausse des taux d'intérêt au deuxième trimestre 2019.  Les prix du brut sont revenus à des niveaux jamais vus depuis plus de deux ans, soutenus par la purge en cours en Arabie Saoudite et la tension accrue entre Riyad et Téhéran. Le pétrole a également été soutenu par le risque potentiel d'une défaillance de la dette vénézuélienne avec un discours crucial sur une possible restructuration prévu pour lundi.

popup_close
brnt-jan18-h4

La semaine à venir


Les données économiques seront plus importantes au cours de la semaine à venir, l'attention des investisseurs se détournant des réunions des banques centrales vers des indicateurs de l'emploi, des prix et des dépenses de consommation. Des rapports sur l’emploi sont attendus au Royaume-Uni et en Australie, tandis que les États-Unis, la Zone Euro, le Canada et le Royaume-Uni publient leurs chiffres d'IPC. Les données sur les ventes au détail seront disponibles aux États-Unis, en Chine et au Royaume-Uni. Après une semaine tranquille, les États-Unis semblent prêt pour un calendrier chargé avec l'indice des prix à la consommation d'octobre mercredi. L'inflation annuelle devrait diminuer à 2,00% le mois dernier alors que le taux de base (core) devrait demeurer stable à 1,70%. Les ventes au détail sont également prévues pour mercredi et devraient montrer une modération dans les ventes d'octobre suite à une poussée de 1,60% au cours du mois précédent. Les principaux indicateurs britanniques pourraient être éclipsés par les préoccupations politiques croissantes après la fin du sixième round des pourparlers sur le Brexit sans progrès substantiel et du fait que la Premier ministre, Theresa May, a perdu son deuxième ministre en une semaine. L'inflation britannique devrait toucher 3,10% en octobre, tandis que les ventes au détail du mois dernier devraient enregistrer leur première baisse d'une année à l'autre depuis 2013. En Asie, le Japon devrait publier les chiffres de son PIB du troisième trimestre mardi.  Si le consensus actuel d'une augmentation annualisée de 1,30% est atteint, l'économie aurait donc enregistré son septième trimestre consécutif d'expansion, marquant la plus longue séquence de hausse depuis le début du siècle.

popup_close
sp-dec17-h4-4
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.