USA : Le dollar gonflé à bloc par les perspectives

Les marchés américains en plein essor

shutterstock_407837941


La formation progressive du cabinet Donald Trump a donné un coup de fouet supplémentaire à l’économie américaine et envoyé une onde de choc à travers l’ensemble des marchés financiers. Le Dow Jones Industrial Average a accompli ses deux meilleures semaines depuis 2011 et le dollar a enregistré sa meilleure performance depuis 2008. Quant à eux, les prix des métaux précieux restent sur la retraite.

La semaine dernière


Les actifs à risque continuent à surfer sur la vague suscitée par le triomphe de Trump et bénéficient de la très fore probabilité d’une hausse des taux d’intérêt ainsi que les prévisions de mesures de relance budgétaire. Aux côtés des hausses spectaculaires du dollar et des actions américaines, on assiste à un renforcement des perspectives d’une normalisation supplémentaire des taux d’intérêts. La présidente de la Federal Reserve, Janet Yellen a fait part d’une position moins « Dovish » au cours de son témoignage face au Congrès, précisant qu’à s’en fier à la hausse de l’inflation, la situation de l’économie s’est améliorée de manière sensible. Désormais, on estime les chances d’une hausse des taux d’intérêt en décembre à 95,40 %. L’impact des déclarations de Yellen n’a pas tardé à se faire ressentir : l’indice du dollar américain a progressé à des niveaux de plus de 13 ans tandis que l’or se retrouve tout juste au-dessus de 1200,00 $ l’once. Alors que l’optimisme prévaut aux États-Unis, l’Europe est prise à des préoccupations concernant le rythme de la reprise. La croissance du PIB allemand s’est révélée plus faible que prévu et l’inflation à l’échelle régionale prend le chemin de la stagnation après une certaine reprise enregistrée ces derniers mois. Sur une base mensuelle, l’Indice des Prix à la Consommation a augmenté plus lentement que prévu, ce qui porte atteinte aux perspectives et soulève le spectre d’un élargissement du programme d’achat de biens de la part de la Banque centrale européenne. Les données ont envoyé l’EUR/USD à son plus bas niveau depuis novembre de 2015.

popup_close
xauusdweeklyreview11202016

La semaine à venir


Dans les séances à venir, il faudra s’attendre à la parution des chiffres de croissance révisés européens alors que les marchés américains se feront moins bruyants vers la fin de la semaine à l’occasion de la fête de Thanksgiving. L’Allemagne fera état d’un rapport révisé concernant son PIB du troisième trimestre Les attentes de croissance annualisée se situent vers 1,70 % tandis que la croissance trimestrielle correspond aux 0,20 % annoncé lors de la lecture préliminaire. Il en sera de même pour le Royaume-Uni qui annoncera des données trimestrielles et annuelles qui devraient demeurer respectivement à 0,50 % et 2,30 %. Du côté du marché asiatique, en dehors de la dévaluation du Yuan attendue, le taux d’inflation japonais devra faire la une des journaux économiques. L’Indice des Prix à la Consommation national de base devrait s’améliorer modestement sur une base annualisée avec une contraction de -0,40 %, tandis que le chiffre de l’inflation headline devrait rester sur la touche. Aux États-Unis, il faudra prendre en compte les données relatives aux commandes de biens durables ainsi que le la situation du marché du logement. Alors que les ventes de logements existants et les ventes de logements neufs devraient demeurer stables ou afficher une croissance minimale, les biens durables pourraient afficher une certaine reprise. Dans ce cas, on assistera à un renforcement supplémentaire des chances d’une hausse des taux de la Réserve Fédérale.

popup_close
usdjpyweekly11202016