peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

USA : Le PIB navrant fait chuter le dollar

Face à un PIB décevant, les probabilités d’une prochaine hausse des taux d’intérêts aux États-Unis tombent à zéro.

shutterstock_278363786


Les dernières données publiées par le Bureau of Economic Analysis américain ont été accueillies avec pessimisme vendredi. Après avoir témoigné d’une croissance de 0,80 % au premier trimestre, les premières estimations du deuxième trimestre se situent à 1,20% seulement, bien inférieur aux estimations de 2,60 % prévues précédemment. En conséquence, le dollar américain se chute significativement alors que les attentes d’une hausse des taux d’intérêts au cours du second semestre de l’année s’évaporent.

La semaine dernière


La pluie de données provenant du monde entier de la semaine dernière a souligné les enjeux auxquels sont confrontés les économies avancées et en développement à la fois. Les chiffres enregistrés par les PIB font état d’une perspective brumeuse. Nonobstant les estimations préliminaires bien au-dessus des attentes du Royaume-Uni, le PIB américain a subi un revers important après l’optimisme précipité de la Réserve fédérale. Malgré les inquiétudes pesant sur les conséquences du référendum en faveur du Brexit, la croissance britannique a grimpé de 0,60 % au deuxième trimestre, battant largement les prévisions de croissance de 0,40 %. Bien que l’éventualité d’une chute dans les prochaines semaines persiste, les prochains résultats ne devraient pas être rendus publics avant longtemps. Pendant ce temps, malgré une décision du FOMC très attendue, le ton de la déclaration qui a accompagné la dernière décision de taux d’intérêt a été un peu plus belliciste, ce a laissé croire qu’une hausse des taux au cours de la seconde moitié de l’année était encore possible. Cependant, ces espoirs ont été anéantis après l’estimation préliminaire du deuxième trimestre que PIB affichant un taux de 1,20 %, moins de la moitié des 2,60 % prévus, avec les résultats du trimestre précédent également révisé inférieur à 0,80 %. Cette annonce a vu le dollar dégringoler et expédier les prix de l’or vers de nouveaux sommets. En dehors des États-Unis et de l’Europe, les marchés asiatiques ont été dominés par l’annonce d’un nouveau lot de mesures de relance budgétaire par le biais d’une stimulation monétaire au Japon. Tokyo a libéré un lot d’assouplissements fiscaux d’une valeur de 28 milliards de yens afin de tenter de relancer l’économie et d’échapper à une nouvelle spirale déflationniste. Toutefois, la décision de la Banque du Japon d’étendre ses achats ETF, tout en fournissant un financement supplémentaire aux exportateurs a été accueillie avec déception, envoyant la paire USD/JPY tout d’abord à 100.00 points, pour terminer la semaine à 102.05.

popup_close
usdjpy07312016

La semaine à venir


Les prochaines sessions seront dominées par des résultats économiques majeurs, à commencer par la Chine qui s’apprête à publier les données les plus récentes sur l’état de la fabrication par le biais de l’indice des directeurs d’achats (PMI) officiel censé demeurer à 50,0 % ainsi que celui de Caixin qui devrait s’améliorer légèrement de 48,6 à 48,7. Les PMI manufacturiers de la Zone euro, y compris l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, la France et enfin le Royaume-Uni devraient eux-aussi faire l’objet d’une publication au cours de la semaine. À l’exception de la France et du Royaume-Uni, le reste des régions sont censées montrer expansion continue dans les achats de fabrication durant les prochaines annonces. Le Royaume-Uni devrait faire un rapport témoignant d’une contraction profonde dans le secteur de la construction immobilière dont le PMI devrait passer de 46,0 à 43,8. Toutefois, le plus grand événement censé influer sur la livre sterling sera la parution jeudi de la décision prise par le Comité de politique monétaire de la BoE concernant le taux d’intérêt. Les marchés prévoient actuellement une réduction du taux de référence de 25 points de base, entrainant un recul à 0,25 %. Une réduction de 1,75% à 1,50% devrait aussi être annoncée cette semaine de la part de la Reserve Bank of Australia en raison de la baisse du taux de la consommation. Pour clore la semaine, le U.S. Bureau of Labor Statistics présentera son rapport sur l’état du chômage et de la masse salariale vendredi. Cette dernière devrait témoigner d’une addition d’au moins 170 000 emplois créés, alors que le taux de chômage devrait se maintenir à 4,90 %.

popup_close
dow-sep1607312016